Les réseaux de nanotrous sont étudiés dans le cadre de la conception de senseurs plasmoniques à haut multiplexage utilisant un lecteur de plaque multi-puits automatisé.  Nous examinons aussi les propriétés optiques des réseaux de nanotrous en tant que substrats pour le SERS et le MEF, afin de permettre une analyse multiparamétrique.

Des senseurs LSPR sont fabriqués à la surface de prismes afin d’être analysés par notre instrument SPR.  Ils sont préparés par l’auto-assemblage de nanoparticules d’or formant des réseaux denses espacées par la présence de polymère.  Les films formés présentent des couleurs vives et peuvent être utilisés comme senseurs colorimétriques.  Ils présentent également d’excellentes propriétés en tant que substrat SERS, ce qui rend permet une analyse multiparamétrique.  Des senseurs LSPR pour la testostérone et pour le méthotrexate ont été validés.

Pavillon Roger-Gaudry, S-336
2900 Boul. Édouard Montpetit
Montréal, QC, Canada
H3T 1J4

Les nanoparticules magnétiques ont la capacité d’extraire les analytes d’une matrice complexe, et l’analyse peut être accélérée par l’utilisation d’un aimant attirant ainsi les nanoparticles vers la surface d’analyse SPR.  Nous synthétisons des nanoparticules magnétiques utilisées dans une version de notre appareil SPR présentant un aimant permanent afin de faciliter la détection de protéines.

Nanomatériaux

Réseaux de nanoparticules

Réseaux de nanotrous

La présence d’un réseau de microtrou dans le film conducteur d’or a pour effet d’augmenter la sensibilité d’un senseur SPR par rapport au senseur SPR « classique » à film d’or continu.  Ce phénomène s’explique par la co-excitation de modes plasmoniques localisés et propagatifs, qui sont présentement à l’étude afin d’améliorer la performance de nos instruments.

Réseaux de microtrous

© 2015 Masson Group | conception: H. Yockell-Lelièvre

Nanoparticules cœur-coquille magnétiques